Facturation freelance

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en octobre 2020

Sommaire

Il existe deux modes de facturation pour le travailleur indépendant :

  • la facturation au temps passé,
  • la facturation au forfait.

Facturation freelance : au temps passé

De nombreux freelance mettent en place un tarif horaire ou journalier. Ce type de tarification au temps passé leur permet, après évaluation du temps nécessaire à la réalisation d'une mission, de proposer une évaluation tarifaire à leurs clients.

Cependant, il n'est pas toujours possible de prévoir le temps exact nécessaire : le freelance peut alors proposer à son client de l'avertir, quand il atteint un certain montant de facturation.

La facturation au temps passé inclut les charges sociales du freelance :

  • elle est soumise ou non à la TVA selon l'activité du freelance,
  • les freelances non soumis à la TVA doivent ajouter sur leurs factures la mention « TVA non applicable - article 293 B du CGI ».
Télécharger le document Ooreka
Lire l'article Ooreka

La facturation de la mission en freelance au forfait

Certains freelances facturent leurs clients au forfait, c'est-à-dire qu'ils définissent un montant global pour une tâche donnée.

Idéal pour les missions « répétitives »

La facturation au forfait correspond aux indépendants qui réalisent régulièrement les mêmes tâches, par exemple :

  • la création d'un logo,
  • la conception d'une charte graphique,
  • la maintenance d'un poste informatique,
  • la synthèse d'un article de presse.

Plus de visibilité pour le client

La facturation au forfait présente l'avantage d'être claire pour le client.

Attention, la facturation au forfait oblige le freelance à s'en tenir au temps prédéfini pour la réalisation d'une tâche :

  • s'il a mal évalué son temps de travail, il devient perdant,
  • elle oblige le freelance à plus de précisions dans la rédaction du contrat de mission.
Lire l'article Ooreka

Pour certaines professions libérales : facturation encadrée

Certaines professions libérales réglementées doivent se soumettre à des obligations légales en matière de factures. Il s'agit notamment des :

  • infirmières libérales conventionnées,
  • commissaires-priseurs,
  • notaires,
  • huissiers de justice, etc.
Lire l'article Ooreka

Aussi dans la rubrique :

Obligations

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider